Pray for paris
Humeur

Je continuerais à rêver

Le blog reprend du service à partir de demain après un gros mois d‘absence. Mais il m’était impossible de recommencer à écrire sur des sujets que l’on pourrait qualifiés de futilité quand on connaît le contexte actuel. Je ne rentrerais pas des débats géopolitique parce que je ne pense pas être qualifié ni que ce soit l’endroit  approprié pour en parler. Je vous demanderais de faire de même dans les commentaires.

Je vous laisse avec cette lettre ouverte que je vous ai rédigé pour partager avec vous ses sentiments qui nous envahissent tous depuis une semaine…

« Nous sommes vendredi 13 septembre, il est 23h et le match France – Allemagne vient de se terminer. Mon chéri vient vite me retrouver au bureau pour m’annoncer qu’un terrible évènement vient de se produire sur Paris…

STUPEUR

Comme la plupart d’entre vous je n’ai pas réalisé ce qui se passait… Je n’arrivais pas y croire. Comment ces fous alliés se sont déchainés en une nuit sur notre si joli Capital. Cette année 2015 allait-elle se terminer dans l’horreur comme elle avait commencé à peine 10 mois avant avec l’affaire Charlie Hebdo ?

IMPUISSANCE

Jonglant à la fois entre BFM TV et TF1, j’assiste en direct comme vous tous à l’assaut du Bataclan. Impuissante derrière ma TV, je pris en mon fort intérieur pour que les otages soit relâchés sains et saufs. Malheureusement la folie n’a pas de nom et pas de limites pour ces personnes… qui à mon sens ne sont plus des êtres humains pour avoir agi de la sorte. Je prends mon téléphone et envoie des messages à quelques proches habitants la Capital. Puis j’essaie de trouver le sommeil.

TRISTESSE

Samedi 14 Novembre. Je commence par rallumer la TV pour me tenir informer des derniers évènements. Et là, je réalise d’autant plus le massacre qui s’est déroulé hier en découvrant les premiers chiffres «  130 morts et 352 blessés ». Grâce à l’application que Facebook a mise en place dans la nuit « Je suis en sécurité » et au sms de mes proches je sais qu’aucun d’eux a été touché directement. Ce qui n’en réduit pas le traumatisme qu’a causé cet attentat la veille.

Quelques instants après je reçois un texto de ma mère pour me prévenir que ma demi-sœur a perdu une de ses meilleurs amies hier soir. Son amie fait partie des personnes qui ont été fusillée devant le restaurant Le petit Cambodge…

Tout de suite je décide de l’appeler pour la réconforter…  Mais comment trouver les mots pour justifier l’inqualifiable, l’injustice, la bêtise (pour rester polie). Je réalise d‘autant plus que notre vie ne tient qu’à un fil, que la vie c’est maintenant et tout de suite ! C’est le cœur serré que je raccroche avec elle en lui faisant promettre de me rappeler si elle en ressent le besoin.

PEUR

J’aurais tors si je disais que je n’ai pas peur aujourd’hui car s’il y a bien un mot que je ne pensais pas connaître c’est le mot « guerre ». Ce mot que je n’ai entendu que de la bouche de mon Papi quand il me raconte son enfance. Oui j’ai peur de ce que demain sera fait et de me balader toute seule en ville. Mais je refuse que la peur fasse partie de mon quotidien et m’empêche de réaliser mes rêves pour lesquelles je me bats. Refuser de rêver et de croire à l’espoir se serait leur donner raison.

Alors oui j’ai envie de croire à un monde sans terrorisme et je continuerais à rêvais pour leur prouver qu’ils ne gagneront pas!

Une grosse pensée à toutes les victimes, familles touchées par ce tragique vendredi 13 Novembre 2015. »

espoir

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

No Comments

Leave a Reply

Menu Title
%d bloggers like this: